Ferme Berton

Nous allons à la rencontre de Mr Aimé Oscar Berton et Marcelle Berton née Chancel, quartier Buache.

La maison porte le nom « Delor» (carte Cassini) et « Lord »(cadastre Napoléonien 1817)

A l’origine nous avons Joseph Paulin Berton (1802 (précisément le 30 fructidor an X) -1893) et Zoé Monteillet (1822-1902) de la maison Chevalier qui en se mariant en 1840 (lui 38 ans et elle 18) s’installe dans cette maison qui appartient à la famille Mirabel. (La mère de Joseph Paulin s’appelle Séraphine Mirabel) De cette union naissent 12 enfants, 8 ont survécu, 4 garçons et quatre filles.

Le projet de Joseph, père de cette nombreuse famille, est de construire une immense maison pour loger tout le monde. Malgré tous ses efforts dans les travaux, les enfants quittent le nid avant, chaque garçon aura une ferme et chaque fille une dote. Dans cette nombreuse fratrie, nous avons entre autres Aglaé, Adolphe, Hilaire,  et Oscar François … Il reste sur les murs du bâtiment principal des traces du grand projet  de Joseph !

D’Adolphe nous apprenons qu’il a eu l’occasion de chasser avec Maurice Long et sur une photo de 1912 nous les voyons ensemble.*

D’Oscar François nous savons qu’il est tombé amoureux d’une jeune bergère qui était venue garder les chèvres dans la ferme, il a attendu qu’elle ait 21 ans pour la marier, sa sœur Caroline lui en a un peu voulu sur le moment (les bergères qui épousent des princes c’est bon pour les contes de fées !). 

Oscar François (1851) attire notre attention puisqu’en 1897 il a, en troisième position un fils Louis, qui sera le père d’Aimé Oscar né en 1935 après sa sœur Rose Marie dite Rosette née en 1933. Rosette va se consacrer à son métier d’institutrice pendant qu’Aimé dit oscar, reprendra la ferme familiale. Le frère de Louis, Gaston, n’aura pas d’enfant, passera sa vie dans le corps de bâtiment construit en 1851 par Joseph, et le revendra à son neveu Aimé Oscar, notre hôte, c’est Jean-Louis, le fils ainé, qui est en train de le restaurer en ce moment.

Il faut à ce moment du récit rendre hommage à Louis Berton, qui ayant passé 30 ans de sa vie comme maire de Soyans a reçu la Légion d’Honneur en 1968 ! Son fils Aimé Oscar a lui, été conseillé de 1965 à 1995 et Damien a repris le flambeau en 2001 ! On apprend que bien avant, Joseph Paulin a lui aussi été maire en 1854, sans savoir exactement jusqu’à quelle date et Adolphe a été conseillé municipal ! Une famille dévouée au village de père en fils !

En 1972, Oscar se marie avec Marcelle née Chancel. De cette union sont nés Jean-Louis en 1973, Céline en 1975 et Damien en 1977. Céline est professeur à Livron et mariée avec Philippe Pascal, a eu trois enfants Emma, Méline et Clément. Elle habite une jolie maison visible de la fenêtre de ses parents. Jean-Louis et Damien ont repris le travail de la ferme.

Après toutes ces évocations, ces souvenirs de famille comment se recentrer sur la maison elle-même ? La grande cuisine salle à manger où nous venons de discuter pendant deux heures sans même nous en rendre compte n’a pas beaucoup changé depuis toutes ces années, la cheminée a disparu, certes, mais l’ambiance des fermes anciennes est bien là avec le poêle à bois qui crépite dans notre dos, les six miches de pain fraîchement cuites qui refroidissent sur le coin de la grande table, et embaument toute la maison ! Deux portes en face donnent sur deux vastes pièces. A l’origine une chambre et un grenier à foin. Le grenier est devenu chambre et elle a abrité Rosette et ses trois enfants quand elle venait à Soyans, la chambre elle, a longtemps été celle de Louis, les parents d’Oscar. Deux chambres en haut et en 1975, une nouvelle pièce, à la naissance de Céline ainsi que des sanitaires.  On se rappelle l’eau à l’évier en 1961 et l’électricité en 1930, la fontaine dans la cour et ensuite l’eau du village.

On évoque le travail de la ferme, l’exploitation des 60 hectares, le poulailler de 1000m2, les 120 chèvres et le lait qui part à la laiterie de Crest. Les céréales, le sorgho, les tournesols et le fourrage. On parle des difficultés de gagner sa vie de plus en plus difficilement, des subventions, du prix des céréales qui baisse.

On se souvient surtout des 3km à pied pour atteindre l’école, du panier repas qu’il fallait bien porter tous les jours, des soupes à la semoule ou aux lentilles qu’on mangeait chez Mme Caillet et des bêtises avec le copain Emile Magnet et le jour où à 10 ans Oscar a failli se renverser avec le tombereau du fumier qui, heureusement s’étaient arrêté jusqu’au bord du ruisseau.

Ensuite nous avons fait un tour dehors, pris quelques photos devant les escaliers de la prochaine habitation, celle-ci étant destinée à Damien, nous avons admiré le four à pain, vu l’ancienne porte de l’écurie qui fermait à clef pour éviter que les voleurs de chevaux viennent se servir, et revendent la bête après l’avoir maquillée ! La chèvrerie qui a été bâtie en 1991 pour abriter le troupeau…

Le jeune Clément est rentré de l’école, la relève !

Nous sommes parties des images plein la tête, une très belle rencontre, une belle vie bien remplie, une belle famille ! Et certainement toute une ribambelle de cousins dans les villages voisins ! A quand la « cousinade » des enfants de Zoé et Joseph Paulin Berton !

* Maurice Long (1866 à Crest-1923 Ceylan) a été Gouverneur Général d’Indochine Française. Sa fille Mauricette s’est mariée avec Tibor Revesz, médecin à Crest qui est devenu Compagnon de la Libération en 1945. Il a joint le nom de sa femme au sien en se mariant et un collège de Crest porte son nom Revesz- Long.

Dominique Leroux

aime-oscar-et-marcelle

mariagemaison-dorigine

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s